Séjour Auvergne 4ème : jour 3

  • Jour 3 : Vulcania

6h20, « ça pique » comme diraient les élèves.

Pour les courageux, nous enfilons nos tenues de sport et plaçons nos lampes frontales par dessus les cheveux ébouriffés. Et c’est parti pour un footing matinal. On s’enfonce dans la nuit entre les gouttes. Chacun prend son rythme sous les regards étonnés de quelques vaches surprises d’avoir de la visite de si bonne heure. Nous sommes de retour avant le petit déjeuner. Ouf!

 

A peine arrivés à Vulcania que l’un des guides (Simon) vient nous prévenir qu’il y a un souci. Il se peut qu’il y ait un réveil volcanique qui risque d’avoir un impact sur la ville de Clermont-Ferrand. Peut-être qu’un nuage de cendre « nuée ardente » pouvant aller jusqu’à 600km/h va arriver. Notre guide nous explique à l’aide des renseignements de certains vulcanologues que la chaîne des Puys peut se réveiller. Il est urgent de savoir si le magma peut survenir rapidement. En tenant compte de la météo, nos élèves réfléchissent aux risques potentiels et établissent des cartes des aléas et des risques pour prévenir les préfet(te)s. En moins de 4min, ils anticipent la trajectoire des cendres pour aider la protection civile à cibler les zones à risques et estimer le coût des dangers. Kélian, Eva, Juliette et Eva tentent de prendre la mesure des réflexions car ils doivent se prononcer sur la façon dont ils vont devoir protéger la cathédrale de Clermont-Ferrand et surtout.. son club de rugby. Heureusement que ce n’était que de la fiction travaillée dans un atelier.

La suite est plus habituelle : visite du parc en semi-autonomie, émotions fortes dans les cinémas dynamiques, grand sourire devant les frites lors du repas à la cafétéria, le manque de sourire avec le questionnaire d’évaluation à remplir tout au long de la visite, les élèves malades qui ne se couvrent pas (il y a un médecin au cas où dans le parc si cela peut vous rassurer) et l’indispensable passage dans les boutiques souvenirs où là on n’est plus malade. Retour au centre ensuite  en admirant le paysage et sans oublier de passer faire les provisions des fameux fromages d’Auvergne. Ce qui fait une journée tout de même bien remplie.

Après le repas, tout le monde semble bien fatigué mais n’oublions pas que c’est un séjour pédagogique. Donc ce soir, dès 21h15, retour sur l’évaluation de SVT pour les 4èmes 3 et contrôle de physique pour les 4èmes 2. Je sais, ce n’est pas drôle…

C’est alors que l’impensable (pour l’Auvergne) arriva. Se penchant par la fenêtre, le chauffeur aperçoit quelque chose bouger aux abords de la classe. Mouvement rapidement confirmé par Mme Allaire et ses élèves qui identifient un ours… Début de panique d’autant que de l’autre côté du centre, un museau brun et des pattes s’agitent sous la fenêtre de Mme Guerin et prive M. Mariette de corrections pour les vacances! Tant pis pour le contrôle, on se barricade, on hurle, on textote avec nervosité entre batiments et surtout on appelle les parents pour signaler la présence d’un animal insolite dans le département du Puy de Dôme. Quelques courageux comme Wassim sont prêt à sortir avec le chauffeur et M. Nogaro pour faire fuire ce dernier descendant d’une population qui s’est éteinte en Auvergne… il y a 600 000 ans.

Mais rassurez-vous ! Au moment où je vous parle, les élèves sont en sécurité dans leurs lits où le seul bruit que nous entendons est dû à des artistes ronfleurs.  Quant-à l’ours? On ne sait pas ce qu’il est devenu…

Je vous donne rendez-vous demain soir.  Il n’y aura pas d’article sur cette dernière journée car vos enfants vous raconteront tout de vive voix. Ou pas…